Discussion autour du chamanisme

Deux thérapeutes, un chamane et un psychiatre français, ont effectué un survol des rapprochements possibles et des différences dans ces approches de la santé lors d’une discussion qui fait l’objet d’un livre à deux mains intitulé Le chamane et le psy. Laurent Huguelit (qui enseigne pour la Foundation for Shamanic Studies de Michael Harner en France) et le Dr Olivier Chambon ont tous deux suivi les cours de la Voie du chamane diffusés par la Foundation for Shamanic Studies (FSS) de Michael Harner, qui propose un chamanisme transculturel et fait usage du tambour pour entrer dans l’état de conscience chamanique, sans recours à aucune substance. Ils ont aussi tous deux fait des expériences de certaines traditions chamaniques (Amérique centrale, Amérique du Sud ou Amazonie) qui utilisent des plantes psychotropes (ayawashka, payolt et compagnie). Or, la discussion entre ces deux thérapeutes mène à une bonne compréhension de ce qu’est le chamanisme et finit par montrer que le chamanisme va plus loin, plus rapidement et plus efficacement que les approches thérapeutiques plus conventionnelles («psys» de tout acabit).

SPÉCIALISTES DES ESPRITS

Une des raisons qui fait que le travail de guérison chamanique est efficace, si le récepteur y est ouvert, évidemment, comme pour n’importe quelle thérapie, c’est qu’en plus de faire prendre conscience à la personne de ses problèmes, de ses modèles, de ses comportements, de sa façon de fonctionner, comme dans tout bonne thérapie psy, le chamanisme effectue un véritable travail sur la personne. Il apporte quelque chose qui manquait et/ou il retire quelque chose qui est en trop et qui bloque la libre circulation des énergies de la personne. Et cela est possible parce que le chamane est branché avec les esprits, avec ses alliés spirituels, ses collaborateurs spirituels qui lui indiquent ce qu’il doit faire, qui lui donnent la connaissance et la sagesse dont il a besoin pour aider les autres et qui partagent leur pouvoir avec lui. Le chamane peut aussi s’aider lui-même avec ces mêmes collaborateurs spirituels.

Les esprits ne sont pas des images mentales, ni des constructions de notre imagination. La forme qu’ils prennent est soutenue par notre imagination, certes, car c’est notre seule façon de donner forme à des phénomènes qui n’ont ont pas. Nous, les êtres humains avons besoin d’une forme pour comprendre et ramener dans la réalité ordinaire les trésors de la réalité dite non ordinaire.

Les esprits sont les êtres qui résident dans la face invisible de l’univers, dans ce que certains appellent « l’autre monde » ou encore «la réalité non ordinaire» selon le vocabulaire de Carlos Castaneda. Dans le chamanisme, donc, les esprits existent et ils ont une réalité autonome, en dehors de soi. Certains arguent que les esprits sont pure création de notre psyché., qu’ils sont en soi. J’ajouterais qu’ils sont aussi en soi. Ils sont le grand bassin de connaissance et d’informations et de sagesse de l’univers, ils personnifient et nous donnent accès à l’amour universel, à la grande compassion. Comme le dit Laurent Huguelit: «l’autre monde, c’est tout; il y a tout dedans». Oui, il y a tout et donc chacun d’entre nous…

Il y a aussi toutes sortes d’esprits. Si le chamane se permet de parler des esprits, c’est qu’il en a fait l’expérience. Il n’a pas à y croire, il en a tout simplement fait l’expérience et a obtenu des résultats positifs de cette collaboration comme, par exemple, la guérison d’une maladie ou la réhabilitation d’un lieu. Les collaborateurs spirituels auxquels les chamanes de la FSS ont recours pour la guérison sont essentiellement compatissants et ils se trouvent dans le monde d’en haut et le monde d’en bas selon une espèce de géographie transculturelle de l’autre monde qui permet de guider le chamane dans ses «voyages». Le chamane développe une véritable collaboration avec ces esprits et il tient ses pouvoirs de ces derniers. Ainsi, lorsqu’un chamane passe ses pouvoirs, c’est la façon d’entrer en lien avec les esprits qu’il passe. Car le pouvoir, en ce qui concerne le chamane de l’école tranculturelle, s’acquiert par la collaboration avec un esprit compatissant et bienfaisant et par là sécuritaire puis, se développe.

Le Dr Chambon ajoute que les esprits sont «un puissant champ d’énergie vibrante… ces champs en question sont comme des courants circulant partout dans l’univers et sur lesquels notre conscience se branche et crée la réalité.» Et il ajoute une explication bien intéressante du phénomène : «…notre conscience filtre l’information provenant de ces champs, en quelque sorte, et ils nous apparaissent non pas dans leur forme brute, mais en fonction de ce qui nous parle à nous, selon notre culture, nos connaissances, etc.» C’est pour cela que les esprits prennent une forme particulière pour chacun.

LE VOYAGE CHAMANIQUE

Dans le chamanisme transculturel de la Voie du chamane de Michael Harner (FSS) et de celle de l’École de chamanisme transculturel du Québec, les apprentis sont amenés à maîtriser ce qu’on désigne par le terme «voyage chamanique». C’est une technique qui permet d’entrer en état de conscience non ordinaire ou élargie, une transe légère à moyenne qui crée une sorte de chemin intérieur vers l’espace infini. Certains se demandent si les chamanes voyagent ainsi dans l’inconscient. Laurent Huguelit répond oui et plus: «Il (le voyage chamanique) permet de se déplacer sans limites vers des mondes et des univers qui transcendent notre idée un peu stéréotypée du voyage intérieur». Comme c’est l’intention qui détermine l’issue du voyage, si l’intention du chamane est d’explorer l’inconscient de son receveur ou le sien, c’est ce qu’il obtiendra, c’est ce qu’il fera. Mais il peut aussi visiter des lieux sur Terre, des planètes, des systèmes galactiques, des égrégores; aller piger dans les stocks illimités d’informations de l’univers ou simplement aller chercher dans le bassin de connaissances universel la réponse à la question de la personne qui le consulte ou encore parcourir en esprit et avec l’esprit le corps de son client pour comprendre ce qui ne va pas.

Traditionnellement et encore aujourd’hui le chamane se servira du voyage ou d’une autre technique pour faire la divination c’est-à-dire comprendre et interpréter les messages des esprits, les messages des maladies, les messages de l’univers, les signes. Il aura recours aux esprits pour comprendre le monde ordinaire et l’améliorer. Le chamane de chacun des petits groupes qui vivaient ici au Québec, par exemple, pouvaient autant trouver les troupeaux pour la chasse que savoir ce qui n’allait pas avec un personne enfiévrée et souffrante. Sa connexion avec les esprits bienfaisants permet au chamane, traditionnel ou non, de faire aussi des guérisons en rapportant à la personne ce qu’elle a perdu au cours de la vie et en extrayant de son corps les intrusions spirituelles qui lui nuisent. Le chamane contemporain formé à bonne école fait aussi tout cela.

LE TAMBOUR, UN OUTIL STABLE

La mode est au chamanisme traditionnel basé sur les recettes de plantes. Les chamanes péruviens et amazoniens multiplient leurs visites dans nos contrées et viennent porter leur médecine. C’est très attrayant et parfois spectaculaire. Certains en viennent même à penser que faire du chamanisme, c’est prendre une plante. Ces plantes ouvrent une voie en effet, mais elles sont une porte parmi d’autres. Elles font partie d’un processus chamanique traditionnel propre à certaines communautés. Dans ces communautés, les gens ne reçoivent pas seulement la guérison lors de la cérémonie des plantes, ils obtiennent un suivi et un soutien de la part du chamane local et de la part de la communauté qui vit dans ces traditions.

Ce n’est pas notre cas et, selon Huguelit et Chambon, et c’est aussi mon avis, c’est limitatif. Chambon dit: «Pour certaines personnes, c’est une facette importante du travail chamanique… Mais faire du travail au jour le jour, c’est difficile avec les plantes, à moins de vivre dans une culture traditionnelle».

Les esprits des plantes font partie, dans la fameuse géographie non ordinaire du monde du milieu et c’est le monde le plus complexe. Avec une bonne pratique au tambour on peut contacter les esprits du milieu tout autant. «Le tambour est l’outil le plus stable que je connaisse pour faire du chamanisme», explique le Dr Chambon. C’est aussi mon avis. Le tambour et le voyage chamanique donnent accès à tout les mondes, à tous les esprits.

L’ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE

Le chamanisme autant que les approches dites « psy », sont des approches thérapeutiques et impliquent une relation thérapeutique entre l’intervenant et le receveur. Le thérapeute comme le chamane doit avoir une intention claire d’aider la personne en consultation « dans l’amour, le respect et le lien à l’univers » et ainsi sa conscience s’élargit et cela ouvre davantage d’issues thérapeutiques pour le psy et permet au chamane de faire son travail dans sa relation intime et intense avec l’esprit. Le thérapeute doit aussi avoir le coeur pur. il doit donc travailler sur lui-même pour clarifier don coeur, laisser aller les blessures et s’installer dans la compassion.

Le Dr Chambon est psychiatre mais il utilise aussi d’autres outils: l’hypnose, l’EMDR, les thérapies comportementales et cognitives, l’approche psychodynamique brève (une sorte de psychanalyse en face à face qui tient compte des interactions réelles entre le psy et le patient) et l’EFT, entre autres.

«…ce qui m’intéresse, explique Laurent Huguelit, c’est qu’en quelques séances, lorsque la personne est prêté à collaborer et a une intention claire, tu peux soigner une dépression, une dépendance aux opiacés, un deuil dramatique – et là nous sommes effectivement dans le domaine du miracle». Mais les résultats sont très bons aussi avec les gens qui ont une transition à passer, ceux qui veulent régler quelque chose dans leur vie. Le chamane travaille bien sur le flux de la vie, sur l’équilibre de la vie et comme les maux physiques sont souvent reliés à ce genre de problématique, on peut aussi les aborder chamaniquement.

Référence principales : Laurent Huguelit et Dr Olivier Chambon, Le chamane et le psy, un dialogue entre deux mondes, Mama Éditions, Paris, 2010
Michael Harner, La Voie du chamane, un manuel de pouvoir et de guérison, édition mise à jour et traduite par Laurent Huguelit. Mama Éditions, Paris, 2011
http://www.examiner.com/disability-in-dallas/shamans-and-psychologists-a-humorous-look

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu
X